SOIGNER LES EMBRYONS PLUTÔT QUE DE LES DÉTRUIRE

Soigner les embryons plutôt que de les détruire

Le don de mitochondries ou le recours à CRISPR-Cas9 vont permettre de soigner les embryons. Jusqu'ici, lorsqu'un embryon était affecté d'une anomalie pathologique, il était écarté. Soigner vaut manifestement mieux que détruire et si on pense aux attentes des familles de patients et aux devoirs de bienfaisance et d’équité que nous avons vis-à-vis d'elles, on ne peut que s'en réjouir. Toutefois, pour y parvenir, des recherches sur l'embryon doivent être menées, qui soulèvent la question du statut de l’embryon humain, situé quelque part entre les choses et les personnes. Si le droit a tranché cette question, il n’en reste pas moins que, dans l’imaginaire collectif, l’embryon humain revêt une sorte de sacralité laïque : on ne peut pas en faire n’importe quoi. Les problématiques éthiques sont ici très importantes et le débat tel qu’il a lieu dans différents pays, particulièrement en France et en Suisse, est de nature à nous éclairer sur l’usage du diagnostic préimplantatoire et sur les thérapies géniques.

Avec

  • Vincent GRÉGOIRE-DELORY
    Maître de Conférences et directeur de l’École Supérieure d’Éthique des Sciences et de la Santé (ESESS) à l’Institut catholique de Toulouse
  • Bertrand KIEFER
    Rédacteur en chef de la Revue Médicale Suisse, directeur des éditions scientifiques Médecine et Hygiène
  • Anne-Sophie LAPOINTE
    Représentante d'associations de personnes malades, membre du Comité d'Éthique de l'Inserm
  • Julie STEFFANN
    Docteur en médecine et en sciences

Animation : Bernard BAERTSCHI
Philosophe, Université de Genève