picto1.png

Manon
Vialle


Manon Vialle a récemment soutenu une thèse de doctorat en sociologie au sein de laquelle elle étudie les représentations, traitements et vécues de l’infertilité féminine liée à l’âge en AMP, en France.
À partir de deux enquêtes qualitatives réalisées auprès d’un ensemble de professionnels de la reproduction et de femmes âgées de plus de 40 ans, prises en charge en AMP en raison d’une  altération de leur réserve ovarienne liée à leur âge, sa recherche interroge le modèle bioéthique français, ses référents et les limites qu’il établit. Son travail permet également de mieux comprendre les parcours des femmes qui tentent de procréer à plus de 40 ans en AMP et les difficultés spécifiques auxquelles elles sont confrontées.
Les résultats de cette recherche et les questions qu’elle soulève contribuent plus largement à une réflexion relative au cadre légal de l'autoconservation des ovocytes.

Pen_96px.png

Bibliographie sélective

  • Vialle Manon, 2014, « L’« horloge biologique » des femmes : un modèle naturaliste en question. Les normes et pratiques françaises face à la croissance de l’infertilité liée à l’âge », Enfances, Familles, Générations, n° 21, p. 1-23.
  • Vialle Manon, Perrin Jeanne, Amar-Hoffet Aurélie, Boyer Pierre et Courbière Blandine, 2016, « Femmes infertiles de plus de 40 ans : loin du mythe de la femme « carriériste » et du « droit à l’enfant », Gynécologie, Obstétrique, Fertilité, 44(2016), p. 225-231.