11h> 13h
Salle de L'Aubette

Le politique et la liberté reproductive des citoyens

 

Le législateur français s’apprête à décider s’il autorise l’accès de l’aide médicale à la procréation (AMP) aux couples de femmes homosexuelles et aux femmes célibataires. Véronique Fournier, directrice du centre d’études éthiques de l’hôpital Cochin propose à travers cette table ronde samedi 3 février de 11h à 13h, de faire un pas de côté : « Plutôt que de se demander s’il faut ou pas autoriser l’accès à l’AMP, posons la question : jusqu’à quel point le législateur et donc la société sont-ils légitimes à autoriser ou à interdire à des citoyens de mener leur vie privée ? »

Tugdual Derville, délégué général de l’association conservatrice Alliance Vita prône le non élargissement de l’accès à l’AMP au nom de valeurs liées à une certaine conception de la famille. Il expliquera sur quoi se fonde sa position selon laquelle la société est légitime pour définir ce qu’est une famille et donc pour interdire de nouveaux types de famille.

Les travaux de la politologue Camille Froidevaux-Metterie portent sur le renouveau du féminisme et le défi de la singularité sexuée des femmes dans nos sociétés en voie de désexualisation. L’auteur de La Révolution du féminin (Gallimard, 2015) interrogera la tendance actuelle de la société à chercher l’égalité homme-femme : dans cette dynamique, ne doit-elle pas contribuer à corriger l’inégalité biologique entre les sexes et donc faciliter l’accès des femmes à l’AMP ?

En juin, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis favorable à l’élargissement de l’accès à l’AMP pour les femmes en couples homosexuels ou célibataires. Une telle autorisation devrait-elle impliquer une prise en charge financière de l’AMP pour ces nouveaux publics alors que la France n’autorise pour l’heure que l’AMP qu’elle finance ? Peut-on accepter que les homosexuels soient à égalité d’accès aux dons de sperme anonymes que les hétérosexuels, alors qu’il y a déjà pénurie en France en la matière ? Jusqu’où la société serait-elle prête à assumer l’égalité et la qualité d’accès à l’AMP aux couples homosexuels et aux femmes célibataires ? Jean-François Delfraissy, nouveau président du CCNE, affrontera ces questions non tranchées par l’institution dans son avis.

Avec

Animation : Véronique FOURNIER
Cardiologue, dirigeante du Centre d'éthique clinique à l'hôpital Cochin