14h> 16h
Salle de L'Aubette

La diversité des parentalités

 

Dimanche 4 février, la sociologue Martine Gross animera au Forum de bioéthique une table-ronde dont l’objet est “d’illustrer la diversité des formes familiales”. L’enjeu n’est pas “d’avoir un débat pour ou contre”, mais d’apporter un éclairage sur certaines façons de vivre la famille et la parentalité. Ainsi, les manières de devenir parent se multiplient, entre la procréation médicalement assistée (PMA), la gestation pour autrui (GPA) ou encore l’adoption, et modifient nos représentations. Mais y a-t-il pour autant une révolution de la parentalité ? Les différents intervenants en présence apporteront leur expertise sur la question, grâce à leur différents champs de recherche.

Jérôme Courduries, anthropologue et coordinateur de l’ouvrage Homosexualité et parenté (Ed. Armand Colin, 2014), s’intéresse depuis longtemps à ce que l’homosexualité produit sur l’expérience de la parenté, et travaille aujourd’hui sur la GPA.

Son point de vue sur l’homoparentalité sera complété par Alain Ducousso Lacaze, psychologue clinicien à l’Université de Poitiers qui proposera une approche plus clinique des nouvelles formes de famille, au titre notamment de sa fonction de coordinateur d’un programme de l’Agence Nationale de la Recherche (« Homoparentalité, fonctionnement familial, développement et socialisation des enfants »).

Pour traiter de la parentalité autour de la PMA, Dominique Mehl, sociologue à l’École des hautes études des sciences sociales (EHESS), apportera son éclairage issu de sa récente enquête sur la maternité volontaire solo, dans un contexte français de « loi extrêmement restrictive », qui interdit aux femmes célibataires mais aussi aux couples lesbiens d’avoir recours à la PMA.

La psychologue clinicienne Despina Naziri pourra parler de ces couples du point de vue du vécu psychologique. Elle s’y est intéressée dans une série d’articles récents qui portaient sur la trajectoire psychique des couples lesbiens impliqués dans un projet de parentalité par Insémination Artificielle avec Donneur (IAD).

Enfin, pour pouvoir aborder la parentalité dans des situations d’adoption, la pédopsychiatre Fanny Cohen Herlem mettra sur la table des chiffres et statistiques permettant d’appréhender la situation actuelle, marquée par « une chute radicale de l’adoption, et une hausse des candidats à l’adoption ». Auteure de L’adoption : Une filiation du cœur (Ed. Cavalier Bleu, 2013) et de Adopter ces enfants nés ailleurs (Ed. Pascal, 2012), elle souhaite, dans cette discussion autour de la parentalité, se placer également du côté des enfants. Car il ne faut pas oublier selon elle que « l’adoption est une mesure de protection de l’enfance, à laquelle il faut une préparation minutieuse ».

Avec

Animation : Martine GROSS
Sociologue, EHESS, CéSor