Agnès GIARD

Anthropologue, chercheuse postdoctorale à Freie Universität Berlin (EMTECH)




Chercheuse au sein du groupe de recherche européen EMTECH (Emotional machines The Technological Transformation of Intimacy in Japan), Agnès Giard travaille sur l’industrie des simulacres affectifs – épouse holographique, partenaire numérique, poupée vocale, clones post-mortem – dans le contexte du dépeuplement du Japon. Elle est l’organisatrice, avec le laboratoire Sophiapol, de deux colloques internationaux spécifiquement dédiés aux ersatz émotionnels : « L’Attachement aux cyber-choses. Logiciels sentimentaux, love-bots et séducteurs de synthèse » (en 2017) et « Techno-réalités et créatures affectives : les dispositifs de simulation amoureuse » (en 2018). Au sein d’Emtech, elle organise ensuite les colloques internationaux “Emotional Attachment to Machines” (Berlin, 2019) et “Desired identities in Japan” (au musée du quai Branly, en 2020). Elle est Membre du comité de direction de la revue Hermès et membre du Conseil éditorial de la revue Terrain.

Bibliographie sélective
  • « S’aimer dans l’autre monde : exorcismes numériques au Japon », [Im]matérialités de la mort, Valérie Robin-Azevedo (dir.), Paris, CNRS éditions (coll. Les Essentiels Hermès), 2020.
  • « Harcèlement olfactif et parfums “corporels” au Japon. La revanche des mal-aimés », À vue de nez. Odorat et communication, Brigitte Munier (dir.), Paris, CNRS éditions (coll. Les Essentiels Hermès), 2019.
  •  « Jouir en silence ? L’acoustique des estampes érotiques », Miroir du désir. Images de femmes dans l’estampe japonaise, Sophie Makariou (dir.), Paris, Musée Guimet & RMN-Grand Palais, 2016.
  •  Un Désir d’humain. Les love doll au Japon, Les Belles Lettres, coll. Japon, Paris, 2016.
  •  Les Histoires d’amour au Japon. Des mythes fondateurs aux fables contemporaines, Paris, Glénat, 2012.

TABLE RONDES → Intervenant